Phil du NORD

C' était Dimanche, je prends ma voiture et décide de rouler au petit bonheur la chance.

Arrivé à une intersection je vois une rue et à son entrée un panneau où figure la mention IMPASSE.

Je me dis que si un passe, pourquoi pas moi, au diable les privilèges et les privilégiés!

Et je m' engage, sans imaginer un instant que ce serait un engagement de longue durée.

Car là, contre toute attente , je me retrouve dans un cul de sac!Et oui dans un cul de sac, pas même signalé par un panneau: cul de sac.

Un scandale.

Je vois un agent de Police qui me dit: halte on ne passe pas!

Je lui fais remarquer que son propos me paraît être une évidence et même déplacé,contrairement à ma voiture qui elle est bloquée tant cette rue est étroite.

Préssentant que le dialogue s' engageait dans une impasse, et flairant l' impatience du sergent de ville, je lui propose de sortir en marche arrière.

-Non, me dit il, c' est une impasse en sens unique! Vous vous retrouveriez aussitôt en sens interdit.!

-Mais comment sortir?

-Ce n' est pas prévu, fallait pas entrer dit il...impassible.

-Un brave homme vient me voir, et me dit être entré dans cette rue il y a longtemps, après le blocus de Cuba et n' être plus jamais sorti.

Ma voiture est au musée de l' auto au bout de l' impasse et moi je vis à l' hôtel.

-Ah, il y a un hôtel. Comment se nomme t il?

-L' hôtel des Huns.

Quelle drôle d' idée, et pourquoi?

-Parce que tout simplement les Huns sont venus dans cette impasse.

-Et il n' y en a plus?

-Non, les Huns passent!

J' ai donc pris chambre à l' hôtel des Huns et fatigué, jour après jour de marcher de long en large, je me suis enquis de quelque travail sur place.

Il y a une petit artisan après l' hôtel, il paraît qu' il cherche quelqu'un me dit un passant.

-Formidable et que fabrique t il?

-Des passe partout, monsieur, des passe partout....

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site