Phil du Nord

Etant allé rendre visite à mon médecin afin de faire un bilan de santé, je m' entendis dire par cet hypocrate des temps moderne qu' il venait d' être officiellement déclaré incompétent à l' exercice de la médecine !

Notre omniprésent-président venait en effet de créér les CRS, compagnies républicaines de santé, qui prenaient dès lors nos tracas corporels en main.

Mon ex praticien me conseilla donc de me mettre à l' écoute de mon corps pour en constater les changements.

Ce que je fis, et qui me valut d' emblée une mise en examen pour écoutes illégales.

Mon sang ne fit qu' un tour, il fut verbalisé pour demi tour interdit sur une artère à sens unique.

La réaction ne se fit pas attendre, du liquide gastrique tenta de remonter dans mon oesophage et fut immédiatement arrêté pour circulation en sens interdit et transport non autorisé de matières dangereuses.

La répression se fit plus intense chaque jour, une flatulence fut verbalisée pour émission de bruits dus à un mauvais entretien du dispositif d' échappement, les acouphènes subirent un même sort pour tapage diurne et nocturne , mon cerveau fut mis en examen pour délit d' initié ,ma proéminence abdominale pour occupation illégale d' une surface non affectée au stationnement et mon coeur pour non respect des temps de repos.

Mon tube digestif reçut la visite de deux agents qui lui firent un contrôle fécal mettant en évidence des transferts de fonds vers ma colone vertébrale, laquelle eut notification d' un redressement et fit un séjour à la Santé.!

Ma main droite fut inculpée pour monopole du mouvement tandis que la gauche eut les pires ennuis pour manque d' assiduité au travail.

Mon système nerveux fut enfermé chez les fous et mon système digestif , verbalisé suite à un vomissement au motif de : déjection sur la voie publique, n' accepta plus que des menus diététiques.

Mes poumons purgèrent une lourde peine pour détention de produits stupéfiants et refusèrent toute absobtion de nicotine.

Les maladies héréditaires furent interdites de séjour et renvoyées à qui de droit, quant aux virus, déclarés en séjour illégal sur le territoire, ils furent expulsés sine die.

Cette remise en ordre rétablit ma bonne santé physique, mais le moral n' y était pas, j' avais du mal à supporter un corps de police dans mon corps , je me surpris à regretter ces petits tracas de santé qui me permettaient d' aller discuter avec mon médecin, de rester au lit toute une journée et de m' attirer le réconfort et la compassion des miens. Ah ces bons vieux acouphènes qui m' autorisaient à ne pas entendre les gens dont la conversation m' était pénible, ce petit mal de dos qui me consentait à ne plus soulever de charges et ce petit surpoids qui engendrait un mal de reins m' interdisant la pratique du sport.Mes bobos étaient de vieux compagnons, nous partagions les médicaments et ils savaient se faire plus dicrets pendant les vacances, ils étaient un sujet de conversation et leur présence me manque comme peut manquer un ami éloigné.

Et je ne peux même plus dire: j' en suis malade !

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site