Phil du Nord

 

 

 

Je me lève ce matin  et me dirige dans ma salle d' eau, et là ....stupeur .
Mesdames et messieurs, j' étais devenu bête !
Oh oui, je sais , j' entends certains dire : on le savait déjà ! c' est pas nouveau ...
Les gens sont vaches!
Non, j' étais devenu une bête, et même une bête à cornes, une vache en somme!
J' appelle de suite mon médecin et qui me répond : oh vous êtes vache de me réveiller à cette heure ! Consultez plutôt un vétérinaire !
Comprenant que la science en ce domaine ne me serait d' aucun secours  je décidai de prendre le taureau par les cornes et m' en alla dans un pré, brouter mon petit déjeuner.
Arriva un quidam dont l' air bovin me fit supposer que nous pouvions avoir quelque parenté en commun et qui entreprit de me traire, oui me traire, moi, à mon âge !
Se faire malaxer les pis par un inconnu, quelle honte. Enfin...tant pis, je n' avais pas le choix!

Vint à moi un veau , il me dit
La vie ne vaut pas d' être vécue, de toute façon, comme Jeanne d' Arc, nous sommes condamnés au boucher!
Je fus pris d' une peur... bestiale , finir rosbeef, moi qui ne parle même pas l' anglais!  J' essaie alors de faire comme Roland qui souffla dans sa corne pour appeler du secours, mais souffler dans une corne fixée sur son crâne c' est une prise de tête.

Je rencontrais Bison Futé, l' icône de la sécurité routière et qui m' expliqua que lui, en tant que fonctionnaire de l' état était à l' abri de l' étal.Sans vouloir s' étaler, il me dit que  les places étaient rares et puis il lui fallait travailler tous les week end.
De plus, ses collègues étaient souvent des peaux de vaches.

J' envisageai alors avec résignation mon futur sur la route de la voie lactée avec pour toute perspective celle de finir dans l' assiette d' un carnivore ou pire , entre les deux tranches de pain d' un Big Mac.

C' est alors que dans un sursaut, je me réveillai, j' avais rêvé, Dieu quel cauchemar !
Je repris du poil de la bête et  me retrouvais, soulagé dans mon bel uniforme de gendarme , au bord de la route.
Une voiture passa en trombe, les jeunes occupants qui n' avaient sûrement pas tété du lait  ouvrirent la fenêtre et me crièrent : mort aux vaches !
On n' échappe pas à son destin !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site