PHIL DU NORD

Si tant est qu' un individu sur six milliards puisse avoir une quelconque importance dans l' histoire du monde, j' ai eu ce sentiment orgueilleux que je devais laisser quelque chose à ma postérité.

Je me voyais déjà , un petit enfant sur les genoux, en train de lui narrer ce que fut ma vie.

Seulement voilà! À l' instar de bon nombre d' anonymes, je n' ai pas mené une vie palpitante et je ne puis m' enorgueillir de hauts faits d' armes ou d' une position sociale prédominante.

Allais-je renoncer? au risque de sombrer dans l' oubli ? Non il me fallait réfléchir et me trouver un glorieux passé.

Mais oui ! Ma modestie me faisait oublier mon passé de résistant , pourtant bien d' autres ont su en tirer gloire ou profit, même ceux de la dernière heure !

Or, moi, je fus un résistant de la première heure, et même d' avant la première heure !

Mon premier acte de résistance se manifesta lors de ma mise au monde, pendant dix sept heures j' ai

refusé de voir le jour et ne me suis rendu que vaincu par une troupe supérieure en nombre et en force .Toutefois j' ai refusé de parler et l' on a pû tirer de moi qu' un cri alors que, pendu par les pieds on me frappait sur le postérieur. L' honneur était sauf, je n' ai pas donné le nom de mes parents.

 

Sans cesse mû par cet esprit de combattant, je résistais au sein , n' acceptant que le biberon, ce fut ma première victoire.

Adolescent, j' ai encore vaillamment résisté aux études et au corps professoral qui désespérât de m' enseigner quoi que ce soit .

Puis vint la seconde guerre mondiale . Les lettres de noblesse de ma résistance !

J' ai résisté à l' ennemi qui voulait se battre : je suis parti !

Repris , j' ai résisté et vaincu leur envie de torturer en avouant tout , et tout de suite.

J' ai résisté à la faim en faisant du marché noir , puis apprenant le débarquement de Normandie, je suis tout de suite parti...en Angleterre pour rejoindre le général . Bon , il était reparti, pas ma faute quand même ! Alors j' ai résisté à mes pulsions vengeresses en n' allant pas jusqu' en Allemagne avec les alliés, non, je sens que j' aurais pu devenir violent .

 

Modeste, je n' ai jamais parlé de ce passé de héros de l' ombre, d' ailleurs, je me connais, j' aurais résisté aux honneurs.

 

Après avoir travaillé dans une fabrique de résistances électriques, j' ai résisté au travail en m' inscrivant au chômage ,et à la mendicité en acceptant toutes les aides de l' état. J' ai également fait acte de résistance au mariage en restant résolument célibataire, ce qui fit dire à des mauvaises langues que ce fut là mon seul vrai acte d' amour pour les femmes.

 

Après cette vie de combattant, je ne pouvais que ressentir du mépris pour les intellectuels et malgré mon âge avancé, je décidais de reprendre la lutte et de résister à l' intelligence .( chez certains il paraît que c' est naturel )

Aujourd'hui, je sais que j' ai gagné cette ultime combat , je pourrais prendre mon petit fils sur les genoux et lui raconter ma vie....la vie d' un con !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site