Phil du Nord

LE CHEMIN

Alors que je me promenais, un quidam me demande son chemin, je lui dis que je ne l’ai pas. Il me dit être égaré depuis qu’il a perdu son chemin. Je lui propose mon chemin, il prétexte que ce n’est pas la même route. Sans prendre de détour, je lui propose de faire un bout de chemin avec moi, et que peut être nous finirions par croiser le sien.

Effectivement à une croisée de chemins nous rencontrâmes le sien. Je lui souhaitai bonne route et il passa son chemin.

Chemin faisant, je pensais que s’il passait son chemin ainsi il risquait fort qu’on ne le lui rendit point.

Je rencontrai alors un homme qui cheminait sur mon chemin. Je lui fis remarquer qu’à emprunter le chemin des autres il finirait par se retrouver en un lieu qu’il ne souhaitait pas au départ. Il me répondit qu’il s’en fichait car il allait à Rome et que tous les chemins y vont.

Il me dit être gérant d’un Carrefour, et qu’avant il était cantonnier, il avait eu cette promotion en passant l’examen des ponts et chaussées.

Je rencontrai un pèlerin qui me dit aller à ST Jacques de compostelle. Je lui dis qu’il était sur un des chemins qui mènent à Rome. Il avoua avoir trouvé la foi en chemin et qu’il avait gardé cette dernière quoiqu’ ayant perdu son chemin. Mais depuis, avoir perdu son chemin s’était transformé pour lui en chemin de croix. Il pensait que la punition lui était infligée par le tout puissant, pour avoir trop fréquenté le chemin des dames.

Je repris donc mon chemin, de peur qu’on ne me le dérobe .Et rentrai à la maison écrire sur un parchemin une histoire absurde de chemin sans lendemain.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site