Phil du Sud

 

Allô, Mr Germain Antoine ?

Oui, qui me demande.

C’est la Société Générale de Reconstruction économique et de diversification de l’environnement de Lisieux.

Oui ?

Eh bien, cher monsieur, nous avons le plaisir de vous annoncer que votre commande est disponible.

Déjà ? On avait convenu plutôt fin Avril, début Mai. Vous ne manquez jamais de préciser que les délais impartis à la conception et à la fabrication sont incompressibles.

Nous venons d’enregistrer une défection pour cause de force majeure .

Eh bien votre client n’est pas très net…moi j’aurais tout fait pour prendre possession de la commande..

Je n’ai pas bien saisi

Oui, c’est normal, j’ai pas eu le temps de pédaler assez longtemps pour la dynamo du téléphone et l’éolienne est en rideau, y a pas de vent depuis une semaine. Donc, ma commande est prête ,

Oui, c’est bien ça.

Et les options ? au même prix, j’espère ?

Sans doute, cher monsieur Germain. Sabots ferrés en alliage et selle, brides en cuir de première qualité assortis.

Et la corrrection de trajectoire ?

Les œillères aussi, au même tarif.

Bon, ben va falloir que je vienne plus tôt que prévu, je vois. La Martine va râler, toutes ces chèvres à traire toute seule, j’ai pas fini d’en entendre parler.

Oui, euh, désolés pour votre dame. Pour le règlement, les modalités restent inchangés, nous vous confirmerons la réception par P V

Entendu, j’attendrai votre billet. Je fais expédier quatre trois tonnes de lavande par péniche. S’ils respectent les délais, votre oiseau ne mettra pas plus de 48h à apporter la facture acquittée.

Parfait, monsieur Germain, nous vous faisons cadeau des frais de stockage ; Et vous aurez droit à une remise sur votre trajet en chariot public.

Dans le midi, on les appelle des diligences. Bon, je cesse de bavarder, la dynamo faiblit.

Cela s’entend, au-revoir, nous envoyons le pigeon comme convenu, sitôt que la péniche sera à quai.

Antoine Germain, apprécia quelques instants la saveur de l’instant, ils allaient enfin posséder un percheron de trait homologué tous chemins. Son quotidien et celui de sa petite famille s’en trouverait transformé.

En revenant du port fluvial après avoir négocié l’expédition de sa lavande, il s’ennivra des parfums et des senteurs de cette nature renouvelée enfin, depuis la grande dépression de 2009, où l’on avait fini par en profiter pour basarder tout le fatras technologique et pour s’empresser de revenir à une vie plus saine mais aussi plus frustre .

Antoine avait appris dans les livres d’histoire qu’auparavant, on utilisait de l’argent pour acquérir des biens, comme les moyens de transport individuels. Le long voyage à entreprendre pour aller quérir son acquisition lui paraissait une sorte de parenthèse dans son existence, propre à la méditation. Martine rouspéterait, mais serait la première à vanter la beauté et la noblesse d’allure de leur futur moyen de transport, qui ne manquerait pas de susciter un peu d’envie dans le voisinage. Quelques mauvaises langues n’allaient pas manquer de remarquer à haute voix que les bienfaits du progrès profitait surtout aux nantis, mais baste !

Il avait largement payé le prix, il aurait son premier cheval. Une bonne façon d’entamer l’an de grâce 2057.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site